Copyright 2018 - Paroisse Saint Pierre en Vallée - Maine et Loire - France

Laudato si'

Laudato Si ' Chapitre 2     L'évangile de la création.

 
Dans le deuxième chapitre, le pape François relit les récits de la Bible.


Il ouvre une vision globale qui vient de la tradition judéo-chrétienne et évoque la terrible responsabilité de la personne humaine dans son rapport avec la Création, le lien intime entre toutes les créatures et le fait que l'environnement est un bien collectif, patrimoine de toute l'humanité, sous la responsabilité de tous.


Dans la Bible, le Dieu qui libère et sauve est le même qui a créé l'univers. En Lui affection et vigueur se conjuguent. Le récit de la création est central pour réfléchir sur le rapport entre l'homme et les autres créatures, et sur comment le péché rompt l'équilibre de toute la création dans son ensemble: ces récits suggèrent que l'existence humaine repose sur trois relations fondamentales intimement liées, la relation avec Dieu, avec le prochain, et avec la terre. Selon la Bible, les trois relations vitales ont été rompues, non seulement à l'extérieur, mais aussi à l'intérieur de nous. C'est cette rupture que nous appelons le péché.


Pour cela, s'il est vrai que, parfois, nous les chrétiens avons mal interprété les Écritures, nous devons rejeter aujourd'hui avec force que, du fait d'avoir été créés à l'image de Dieu et de la mission de dominer la terre, découle pour nous une domination absolue sur les autres créatures, explique le Pape. A l'homme incombe la responsabilité de cultiver et protéger le jardin du monde, en sachant que la fin ultime des autres créatures, ce n'est pas nous. Mais elles avancent toutes, avec nous et par nous, jusqu'au terme commun qui est Dieu. L'homme n'est pas le patron de l'univers. Cela ne signifie pas que tous les êtres vivants sont égaux : la personne humaine a sa valeur particulière, qui la caractérise. Dans cette perspective, toute cruauté sur une quelconque créature est contraire à la dignité humaine. Un sentiment d'union avec les autres êtres de la nature ne peut pas être réel si en même temps il n'y a pas dans le coeur de la tendresse, de la compassion et de la préoccupation pour les autres êtres humains.


Il faut développer la conscience d'une communion universelle: Créés par le même Père, nous et tous les êtres de l'univers, sommes unis par des liens invisibles, et formons une sorte de famille universelle, qui nous pousse à un respect sacré, tendre et humble. Le chapitre se conclut sur le coeur de la révélation chrétienne, Jésus, terrestre dans sa relation si concrète avec le monde, est ressuscité et glorieux, présent dans toute la création.

 

Michel Baron

Laudato Si ' Chapitre 1 Ce qui se passe dans notre maison.

 

Le diagnostic du Pape François est sombre. Il cite :
la pollution par les fumées, les nombreuses  substances toxiques et les déchets dont beaucoup ne sont pas biodégradables,
le changement climatique qui se concrétise par un réchauffement, la menace sur la ressource en eau potable,
la perte de la biodiversité par  la disparition de nombreuses espèces appauvrissant la planète de ressources qui peuvent être indispensables à l'homme,
la détérioration de la qualité de la vie humaine et la dégradation  sociale.

Nous n'avons jamais autant maltraité notre maison commune qu'au cours de ces deux derniers siècles écrit le Pape François . Il fustige un modèle de développement qui conduit à la dégradation de l'environnement et se répercute inmanquablement sur la vie des personnes , à commencer par les les plus pauvres.Il défend la thèse selon laquelle il n'y a pas deux crises séparées, l'une environnementale et l'autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale. Si le changement fait partie de la dynamique utile à la société, il devient préoccupant quand il détériore le monde et la qualité de vie d'une grande partie de l'humanité.

Ces situations provoquent des gémissements de soeur terre, qui se joignent aux gémissements des abandonnés du monde dans une clameur exigeant de nous une autre direction.

Malgré des initiatives positives d'amélioration, le Pape constate la faiblesse des réactions...Le système mondial, industriel, climatique est complexe.Il est devenu insoutenable...Il faut une approche intégrale à cette crise, à la fois environnementale, économique, sociale et culturelle qui embrasse aussi les questions de justice.

 

                               

Claude Mainguy

Nous Contacter

Paroisse Saint Pierre en Vallée
29 rue de l'Hôtel de Ville
49250 Beaufort en Vallée
( Maine et Loire -  France )

Tph: 02 41 80 30 39
paroisse@saintpierreenvallee.fr

Signaler les bugs informatiques:
webmaster@saintpierreenvallee.fr

Liens amis

Albums photos

Pour être identifié